Histoire et patrimoine

Patrimoine

L'occupation du territoire d'Amos remonte à 1910 et l'émission de la première charte municipale eut lieu en 1914. Première ville de l'Abitibi, elle fut baptisée à juste titre le « Berceau de l'Abitibi » et c’est à Amos que s’est amorcé le développement de la région. Avec près de 14 000 habitants, elle est l’agglomération principale de la MRC d’Abitibi, comptant plus de 50 % de sa population. Située au cœur de l’Abitibi, elle en est le centre géographique. Traversée par la majestueuse rivière Harricana, Amos se situe à la porte du nord puisque la route 109 mène à Matagami et à la Baie-James.

Malgré l’isolement des grands centres, Amos ne manquait pas d’envergure. Il n’est donc pas surprenant que l’on y retrouve de nombreux édifices prestigieux témoins de ce passé. Amos dispose, d’autre part, d’un patrimoine naturel distinctif, notamment par la présence des eskers, de l’eau souterraine, de la ligne de partage des eaux et de la rivière Harricana, ainsi que des éléments forts reliés à la culture et au patrimoine historique : la culture algonquine, Amos comme berceau de l’Abitibi, le patrimoine religieux, Spirit Lake…

La population amossoise se préoccupe depuis longtemps de son patrimoine. En 1952, à la demande de Mgr J.O.V. Dudemaine, la Société Historique du Diocèse d'Amos est fondée. En 1980, cette dernière lègue ses biens à la Société d'histoire d'Amos qui prend le relais et qui est depuis très active. C'est d’ailleurs elle qui gère le centre d’archive agréé de la Ville où l’on retrouve une mine d’informations sur l’histoire de la ville.

Quelques dates historiques

1910 : Occupation du territoire
1914 : Première charte municipale, Amos est la première ville de l’Abitibi
1920 : Construction de l’ancien palais de justice
1922 : Construction de la Cathédrale d’Amos
1952 : Création de la Fondation de la Société Historique du Diocèse d’Amos
1949 : Construction du Pavillon Lucippe-Hivon (glace 1)
1977 : Construction du Pavillon Paul-Carrière (glace 2)
1980 : La Société d’histoire reprend les biens de la Société Historique du Diocèse d’Amos
1983 : Construction du Théâtre des Eskers
1992 : Citation de la maison Hector-Authier comme monument historique
1993 : Construction de la Maison de la culture
1996 : Citation de l’ancien palais de justice comme monument historique
2003 : Classement de la Cathédrale d’Amos comme bien culturel par le gouvernement du Québec
2004 : Acquisition de l’ancien palais de justice par la Ville d’Amos
2005 : Acquisition de la maison Hector-Authier par la Ville d’Amos
2006 : Présentation de l’ouvrage « Patrimoine architectural d’Amos »

Société d’histoire d’Amos

Amos : ville historique!

Découvrez les édifices historiques

Amos vous raconte son histoire

Sous forme de théâtre ambulant, venez rencontrer et vous faire raconter les personnages, les lieux et les événements qui ont fait d’Amos la ville qu’elle est devenue en près de 100 ans. 

site web


Patrimoine naturel

La rivière Harricana

Le patrimoine naturel de la ville d’Amos compte parmi ses richesses la rivière Harricana, qui traverse le centre de la ville. Deuxième plus longue voie navigable au Canada (170 km de voie navigable), elle prend sa source dans les lacs Blouin, De Montigny, Lemoine et Mourier, près de Val-d'Or, et se jette dans la baie James quelque 553 kilomètres plus au nord.

Le nom d'origine de la rivière Harricana est « Nanikana ». Les missionnaires de l'époque, apprenant la langue algonquine au son, déformèrent ce mot pour en faire le mot « Harricana ». L'expression algonquine Nanikana prend tout son sens puisqu'elle signifie « la voie principale ».

La rivière Harricana a été l’un des importants trajets entre le sud et le nord du Québec, servant de voie de transport pour le développement de la ville et l’arrivée de ses premiers habitants. De plus, la ligne de partage des eaux traverse le territoire de la MRC.

L’eau des eskers

Autre élément distinctif de l’héritage patrimonial de la ville d’Amos : une eau douce d’une pureté exceptionnelle communément appelée OR BLEU. Cette merveilleuse richesse naturelle a été laissée par le passage des glaciers ayant formé des eskers, filtres naturels, qui assurent une des meilleures eaux potables au monde.

La mise en valeur et la protection de ce patrimoine hydrique demeurent une préoccupation importante pour la population amossoise et la Ville d’Amos, qui poursuit ses initiatives en ce sens.

Pour l’offre touristique en lien avec la rivière et les eskers, communiquez avec l’équipe de la Maison du Tourisme.

Nous joindre

182, 1re Rue Est
Amos (Québec)  J9T 2G1
Téléphone : 819 732-3254
Télécopieur : 819 727-9792
Lundi au vendredi
8 h 30 à 12 h et 13 h à 16 h 30

infos@ville.amos.qc.ca